Juin
18
2014

Fournier, l’équipementier agricole se diversifie

Fournier Fougères « Charges sociales, pression fiscale… Comment voulez-vous que l’on se batte face à la concurrence étrangère ? Deux solutions seulement : importer à moins cher, ou produire en interne et gagner en qualité. » Stéphane Lucas, directeur de l’entreprise Fournier, a choisi son camp. Et s’il a un temps pensé faire appel à la sous-traitance asiatique, c’est la carte du service, de l’implication du personnel et du savoir-faire breton qu’il joue désormais. Créée à la fin des années 1940 à Fougères, cette usine travaille essentiellement pour la filière agricole. Elle équipe des porcheries ou des exploitations bovines. Cloisons, auges, caillebotis… « De la naissage jusqu’à l’abattage, on fournit des pièces en PVC, béton et inox. Tout est conçu et fabriqué sur place selon les normes en vigueur », précise Stéphane Lucas. Le sable, le gravier et le ciment sont achetés en France. Depuis plus de trois ans, Fournier (12,5 millions d’euros de chiffre d’affaires) travaille à la modernisation de son outil industriel. « On a complètement repensé notre métier pour gagner en compétitivité et améliorer les conditions de travail », précise Stéphane Lucas. Une partie de la production a été réinternalisée, et l’entreprise est passée, dans le cadre de ce plan d’investissement de plus de 2,5 millions d’euros, de 34 à 37 salariés. Elle a obtenu pour cette opération une avance remboursable de 450 000 €, de la part de la Région et du département d’Ille-et-Vilaine. Objectif : avoir les coudées franches pour se diversifier et étoffer l’offre à destination des industriels et des collectivités. Des opportunités seront sans doute aussi à saisir à l’étranger, où Fournier réalise déjà une partie de son chiffre d’affaires. Claire ROBIN. Ouest France